Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : F.a.q. : Transporter Sa Réplique Par Avion
France-Airsoft > L'Atelier - Le coin technique > Les Reviews - Votre matériel préféré décortiqué > Conseils à partager
MSZ-006C1
Comme le sujet revient régulièrement sur le tapis et que, si personnellement, je ne vois aucun inconvénient à m'auto-citer à chaque fois, je conviens que cela ne soit guère aisé pour les autres. Je me permets donc de créer ici un énième pavé une F.A.Q. sur le transport des répliques en avion.

Ce topic est basé sur mon expérience professionnelle dans le domaine de l'aviation civile, où je travaille depuis 1995 (1992 si on inclut les job d'été en tant qu'étudiant), pour deux compagnies aériennes successives (trois, si on inclut les jobs d'été). Je pense donc être particulièrement bien placé pour parler de ce sujet.
Il n'a pas vocation de répondre à toutes les questions qu'on peut se poser à propos du transport des répliques en avion, mais au moins à l'écrasante majorité d'entre elles, en commençant par vous défaire de quelques idées reçues.
Naturellement, ce guide ne pourra pas être 100% exact, puisque les procédures et la réglementation changent assez souvent, sans parler de l'interprétation/l'application qui peut en être fait à l'échelon local. En outre, (et contrairement à un mythe tenace) je ne suis pas omniscient.

Par défaut, ce guide concerne les départs en avion au départ de l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle, sauf si spécifié autrement. A peu de différence près, il peut également s'appliquer aux autres aéroports français, voire européens.
Il concerne également les compagnies aériennes signataires à IATA (voir plus loin), ce qui ne représente pas l'ensemble des compagnies aériennes. Par contre, je ne pense pas que ce guide est applicable aux compagnies charter et/ou Low-cost.

Index des paragraphes :
A/ Qui sont les intervenants ?(en dehors de vous, s'entend)
  • IATA / International Air Transport Association.
  • La compagnie aérienne
  • Les sociétés privées de sûreté qui passent les bagages aux rayons X
  • La douane du pays de départ

B/ Pourquoi tout ce cirque ?

C/ Concrètement, comment ça se passe ?
  • 1/ Où se renseigner pour le transport ?
  • 2/ Quelques recommandations de base pour transporter votre réplique
  • 3/ A l'aéroport de DÉPART
  • 4/ la douane et/ou la réglementation du pays de destination ET du pays de transit dans le cas d'un vol de la France vers l'étranger.[/u]
  • 5/ Où se renseigner pour la réglementation du pays de transit et de destination ?]
  • 6/ Dans le cas d'un vol de l'étranger vers la France.

D/ note sur le transport du gaz et des batteries en avion
  • Le gaz
  • Les batteries
E/ Pour résumer
    (merci d'utiliser CTRL+F et de taper le titre du paragraphe qui vous intéresse pour y accéder rapidement)

    Si vous avez des questions auxquelles cette FAQ ne répond pas, n'hésitez pas à les poster à la suite. Je m'efforcerai d'y répondre du mieux que je peux.
    Si vous voyez quelqu'un poser une question sur le transport des répliques par avion dans un autre topic, redirigiez-le vers celui-ci : vous lui rendriez service. wink.gif


    F.A.Q. : transporter sa réplique [color="#FF0000"]par avion



    Pour votre information, le transport des VRAIES armes RS ou des armes de compétition est généralement autorisé dans les avions, mais soumis à une réglementation et des conditions très précises.
    Alors vous imaginez bien qu'une réplique, c'est également possible.
    Enfin... ça dépend quand même des compagnies aériennes.


    excl.gif Il va de soit que le transport des répliques en cabine est STRICTEMENT interdit !!! excl.gif
    Le transport ne peut se faire QUE dans les bagages de soute, c'est à dire votre valise ou une mallette spéciale cadenassée, que vous allez donner au moment de vous enregistrer pour qu'on la mette en soute.


    A/ Qui sont les intervenants ?(en dehors de vous, s'entend)

    • IATA / International Air Transport Association.
      Commençons par faire simple avec ce lien.

      Ce que vous devez retenir, c'est ce passage :
      CITATION
      Ils font aussi des réglements pour l’expédition d'articles dangereux et publient le manuel IATA de Réglement d'Articles Dangereux, une référence globalement reconnue par les compagnies aériennes transportant et expédiant des produits dangereux.
      En gros, c'est IATA qui fixe les règles de sûreté (pas de couteaux, de liquides, etc à bord des avions, etc, etc.). Quand dans un aéroport on vous confisque votre bouteille de Château Margaux 1879 ou votre couteau suisse, c'est pas la peine de beugler contre les agents de sûreté ou les agents de la compagnie aérienne : ils n'y peuvent rien, ils ne sont pas responsables de cette réglementation à la con : c'est IATA.
      Si les fouilles corporelles vous déplaisent, allez vous plaindre également à IATA, pas à ces pauvres agents de sûreté (même s'ils vous semblent cons et désagréables, alors que eux aussi, ça les fait chier et même encore plus que vousm car c'est leur boulot et qu'ils font ça à longueur de journée).
    • La compagnie aérienne :

      En tant que transporteur, elle a le devoir de savoir ce qu'il y a dans les bagages de ses passagers et le devoir de s'assurer que ses passagers ne transportent pas des matières dangereuses susceptibles de mettre en danger ses avions et ses passagers.
      Mais ce n'est pas elle qui fixe les règles de sûreté et les modalités de transport de votre réplique : c'est l'IATA, comme indiqué ci-dessus.

      En tant que passager, vous êtes tenu de l'informer du transport de votre réplique, pour qu'elle puisse prévenir, le jour venu, tous les intervenants en aval.

      excl.gif Utilisez des mots simples comme "jouet ayant l'apparence d'une arme à feu".
      Car "airsoft", "réplique d'airsoft", "GBB", "AEG", "Snipe", "bolt", etc. les agents des services de réservations ne connaissent pas (sauf si vous tombez par hasard sur un airsofteur).

      C'est là que le bannissement (sur FA) de la terminologie "arme" pour désigner les répliques prend toute son importance.
      Commencez par dire "arme" et ça va être la panique au bout du fil.
      Commencez par dire "jouet qui ressemble à une arme" et ça se passera déjà beaucoup mieux.

      Utilisez donc d'abord les mots les plus simples possibles pour commencer. Après, vous pourrez développer et parler de "réplique d'arme", en insistant un peu sur le fait qu'extérieurement, elle ressemble à une véritable arme.

      ATTENTION : si toutes les compagnies aériennes ont le devoir de respecter la réglementation IATA, certaines l'appliqueront de façon plus stricte et plus sévère que d'autres et seront susceptibles de refuser votre réplique. Renseignez-vous donc AVANT d'acheter votre billet.
      D'autres, à l'inverse, ne respectent pas la réglementation à la lettre, sont plus laxistes ou s'en foutent un peu. C'est le cas des low-cost, des compagnies charters, par exemple.

      Dans tous les cas, il existe un gros VIDE juridique en ce qui concerne les répliques d'airsoft, car ce ne sont pas tout à fait des jouets, et en aucun cas des armes à feu. Est-ce que ça signifie que vous n'aurez pas le droit de transporter votre réplique ? Non, pas tout à fait.
      Mais passons à la suite avant d'expliquer ce qu'il convient de faire.
    • Les sociétés privées de sûreté qui passent les bagages aux rayons X.

      Il en existe deux types : les sociétés qui sont engagées par les autorités gouvernementales (en France, c'est la Douane qui délègue une partie de sa mission à ces sociétés) pour assurer la sûreté dans l'aéroport et les sociétés qui sont spécifiquement engagées par une compagnie aérienne donnée pour assurer la sûreté de ses vols.
      Exemple : au milieu des années 90 à Roissy, avant la généralisation des vols sécurisés (dont les bagages passaient aux rayons X), la société ICTS assurait la sûreté sur les vols United Airlines, Cathay Pacific, etc, tandis qu'ADI faisait ça pour le compte de British Airways et AIS pour Japan Airlines.
      Depuis le 11 septembre 2001, 100% des bagages passent aux rayons X, que ce soient les bagages à mains ou les bagages en soute.
      Et souvent, ce n'est pas la même société qui fait les deux.
    • La douane du pays de départ.

      Comme dit plus haut, les Douanes Françaises mandatent certaines sociétés pour assurer une partie de la mission de sûreté qui lui est dévolue, et notamment le passage des bagages de soute aux rayons X.
      Car je vous rappelle que l'une des missions de la douane est, je cite :
      CITATION
      ... lutter contre toutes sortes de trafics, notamment les trafics [...] d’armes et d’explosifs [...] ; en empêchant l’entrée en France de produits dangereux ou non conformes aux normes européennes...
      Mais attention !

      Dans le cas d'un vol France > Étranger (hors CE/Espace Schengen), la douane ne s'occupe que de ce qu'il y a dans vos bagages de soute. Si vous avez un objet suspect dans votre valise de soute, la société de sûreté appellera la douane. Mais si vous avez un objet suspect dans dans votre bagage à main (quand vous passez le contrôle des rayons X), la société appellera la Police Aux Frontières ou la Gendarmerie des Transports Aériens.

      Dans le cas d'un vol Étranger (hors CE/Espace Schengen) > France, ce sont les autorités douanières du pays de départ qui appliqueront la réglementation en fonction des missions qui lui sont allouées.
      Il convient alors de se renseigner (via l'ambassade ou tout organisme gouvernemental approprié) de vous renseigner sur la réglementation du pays concerné.

      Les Douanes Françaises n'ont (presque) rien à voir avec le processus du vol au départ, mais peuvent vous accueillir à votre arrivée sur le sol français.

      Mais dans ce cas-là, c'est dans le cadre d'une mission toute différente :
      CITATION
      La douane assure une mission de lutte contre la fraude et les grands trafics internationaux : elle a en charge la protection des intérêts économiques et financiers nationaux et communautaires (mobilisation contre le fléau des contrefaçons...
      En gros, c'est : le droit d'importer cette marchandise ? Vous êtes vous correctement acquitté des droits de douane ?
      Dans le cas d'un vol domestique (France > France) ou à l'intérieur de la CE, ce dernier point ne s'applique pas.
      Vous vous taperez en revanche la douane pour tous les autres cas.



    B/ Pourquoi tout ce cirque ?

    Il y a une quinzaine d'années (voir même il y a une dizaine d'années), la sécurisation des bagages et leur passage aux rayons X n'était pas une obligation.
    Après le 11/09/2001, IATA (voir plus loin) a édicté une série de mesures qui a rendu ce genre de contrôle obligatoire dans le monde entier.

    Le but est d'assurer la [u]sûreté des avions et des passagers, c'est à dire de veiller à prévenir toute action malveillante destinée à mettre en danger l'appareil et ses passagers.[/u]
    C'est la sûreté ("security" en anglais) à ne pas confondre avec la "sécurité" en français ("safety" en anglais") et qui désigne l'ensemble des règles veillant à respecter l'intégrité de l'appareil et du personnel intervenant autour et dans ledit appareil.
    Vous saisissez la nuance ? Sûreté = lutte contre des actes de malveillance (terrorisme) ; sécurité = sécurité des personnes et de l'appareil (lutte et prévention contre les accidents de travail, les incidents techniques, etc).
    Le public et les médias ont tendance à mélanger un peu les deux termes, mais professionnellement, celui qui est adéquat en français, c'est "sûreté".

    Les mesures de sûreté s'appliquent généralement au moment du départ puisqu'il s'agit d'assurer la sûreté de l'appareil avant qu'il ne décolle, car une fois en vol, c'est là que l'avion est le plus vulnérable car hors de portée de toute intervention extérieure (que ceux qui ont vu Executive Decision avec Kurt Russel peuvent se taire ! whistling.gif).
    Contrairement à ce que prétend un préjugé très coriace, ces mesures ne sont pas appliquées à l'arrivée en France. Car une fois l'avion arrivé sain et sauf, plus rien ne menace sa "sécurité". CQFD.
    Si contrôle il y a, c'est d'une toute autre nature (cf. : plus haut, le paragraphe concernant la douane dans le pays de destination).



    C/ Concrètement, comment ça se passe ?

    1/ Où se renseigner pour le transport ?
    • Vous pouvez commencer par le centre d'information IATA aux voyageurs.
    • Sinon, vous pouvez toujours taper "IATA firearms replica transportation" sur Google et lire les recommandations des différentes compagnies aériennes concernant le transport d'armes ou de répliques d'armes.
    • Ces informations sont généralement disponibles auprès de la compagnie aérienne ou sur leur site dans la section informations. Voici quelques exemples sur Air France, Delta Airlines, British Airways.
    • Notez que toutes les compagnies ne parlent pas de répliques d'armes.
      A vous de vous renseignez sur les règles de transport de ce type de matériel précis. Notez également que les batteries de votre AEG, si vous en transportez, peut aussi entrer dans la réglementation des marchandises dangereuses (genre les Li-Po...).


    excl.gif Air France possède un service spécifique appelé TEX (pour Transport EXceptionnel) dédié aux transport de marchandises dangereuses : armes et munitions, voitures (à cause du moteur, du réservoir, etc.), chaises roulantes électriques avec batteries liquides (risque causé par l'acide corrosif), etc.
    Ce service est le plus à même de pouvoir décider de comment transporter votre réplique en soute et de l'autoriser. Au moment de la réservation, si vous sentez que votre interlocuteur ne comprend rien, dites-lui que vous avez entendu parler du service TEX chez Air France et qu'elle peut se renseigner auprès d'eux.

    Après collecte des renseignements, il s'avère que :
    • ]le transport d'armes RS ou de répliques d'armes est STRICTEMENT INTERDIT en cabine ! Ceux qui vous disent le contraire sont des ânes (ou d'authentiques terroristes).
    • Il est revanche autorisé de transporter des armes (RS, de collection, etc.) ou répliques en bagages de soute.
    Vous ne trouverez ça spécifié nulle part "publiquement", mais je vous le dis quand même : seuls les représentants de l'ordre en mission (avec un ordre de mission stipulant la nécessité du port d'arme) et munis d'une autorisation spéciale contresignée par le commandant de bord, ont le droit de transporter des armes à feu en cabine... laquelle restera néanmoins sous la garde du commandant de bord uniquement !


    2/ Quelques recommandations de base pour transporter votre réplique :
    • dans une mallette RIGIDE pour une réplique longue et fermée à clé, en soute uniquement. Une housse souple en nylon, c'est pas bon. nono4.gif
    • dans la boîte d'origine ou une mallette rigide pour une réplique de poing, dans votre valise de soute. Si c'est une grosse mallette rigide avec plusieurs répliques de poing, enregistrez-là à part (toujours en soute), sous condition qu'elle ferme à clé.
    • le chargeur devra être vidé et retiré de la réplique, puis placé bien à part (pour pas qu'aux rayons X, les mecs prennent peur en pensant que l'arme est chargée.
    • pour les GBB et GBBR, les chargeurs devront être vidés de leurs billes et de leur gaz, puis placés à part.
    • pour les AEG, la batterie devra être impérativement débranchée MAIS placée à l'intérieur de la réplique (voir paragraphe "D" plus loin pour savoir pourquoi)
    • toujours pour les AEG, la ou les batteries de rechange peuvent être transportée avec vous en bagage de soute ou bagage à main.

    3/ A l'aéroport de DÉPART

    Suivant les compagnies aériennes ou les aéroports, les bagages de soute passent aux rayons X soit en zone publique, avant les banques d'enregistrement, soit après l'enregistrement (après que votre valise soit partie sur le tapis roulant). Mais dans tous les cas, ça se fera toujours AVANT le chargement des bagages dans les soutes de l'avion.
    a/ Dans le premier cas, le bagage passera aux rayons X sous vos yeux et vous devrez justifier de la nature de la réplique auprès de l'agent de sûreté. En général, il est même plutôt indiqué de les prévenir AVANT que votre bagage passe aux rayons X, histoire de ne pas les effrayer (et de vous retrouver avec la police sur le dos).

    b/ dans le second cas (comme à Roissy, au terminal 2), l'agent de sûreté qui visionnera votre bagage en zone réservée fera stopper votre bagage, appellera la douane ou l'autorité gouvernementale compétente, qui vous convoquera pour que vous ouvriez votre valise et que vous justifiiez de la nature de la réplique.

    C'est ce qui m'est arrivé à Tokyo en octobre 2007 : on m'a appelé en porte d'embarquement, où un agent de sûreté m'a fait ouvrir ma valise, dans un coin à l'abri des regards. Après avoir constaté la nature de l'objet (une réplique), il m'a remercié et il est reparti avec la valise, qui m'est parvenue sans encombre à Paris.

    c/ si par mégarde vous avez mis une réplique dans votre bagage de cabine (bagage à main, sac à dos, etc.), vous serez stoppé par un agent de sûreté qui fera appeler la police ou l'autorité compétente, afin de faire un constat sur la nature de l'objet.
    Si vous n'avez pas de chance, il vous sera confisqué. Si vous avez de la chance, on vous demandera de retourner auprès des banques d'enregistrement pour faire enregistrer en soute votre bagage à main avec la réplique à l'intérieur (testé par inadvertance à Orly il y a quelques années).

    Comme précisé plus haut, la difficulté consistera à convaincre la compagnie aérienne, les sociétés de sûreté et ou/la douane (le cas échéant) que l'objet transporté n'est pas une arme RS mais une réplique (ou un "jouet" pour simplifier à mort).
    A cet effet, je dirais qu'il est même plutôt hautement recommandé d'emporter avec soi la facture, la documentation, la notice, voire l'emballage d'origine (si possible) et tout le tralala.
    Bref tout ce qui sera susceptible de prouver qu'il s'agit bien d'un lanceur de billes. Trimballer sa réplique à l'arrache dans une serviette de bain, sans identification, sans rien, c'est le meilleur moyen de faire croire à un douanier suspicieux qu'il s'agit d'une arme RS. Et là, vous passerez une loooooongue nuit au poste...

    Le problème de la taxation douanière est un TOUT AUTRE problème qui interviendra ailleurs et bien plus tard ! A ce stade, on se fout royalement de se faire taxer la TVA ou pas : on tente déjà de faire admettre la réplique en bagage de soute. Si vous n'y parvenez pas, la taxation douanière sera le dernier de vos problèmes car elle n'aura même pas lieu d'être (votre réplique restera à l'aéroport de départ pendant que vous, vous serez dans l'avion) !

    Quand vous êtes dans un pays étranger, en ce qui concerne l'exportation des produits (sortir une réplique du pays étranger), à partir du moment où vous avez réussir à convaincre l'agent de sûreté que ce n'est pas une arme RS, il n'y a aucun problème. Ou presque ! Mais ça ne concerne pas la sortie du territoire étranger, mais l'entrée sur le territoire de destination qui peut être mise en question depuis l'aéroport de départ (vous avez suivi ?)


    4/ la douane et/ou la règlementation du pays de [u]destination ET du pays de transit dans le cas d'un vol de la France vers l'étranger.[/u]
    En théorie, la compagnie aérienne, la douane et la société de sûreté ne devraient pas vous autoriser à trimballer une marchandise qui est prohibée dans le pays de destination.
    Idem : si vous au cours de votre voyage vous faites une escale en transit dans un pays tiers (exemple : Paris - Londres - Tokyo, ou Paris - Kuala Lumpur - Hong Kong), il convient également de se renseigner sur la législation en vigueur dans le pays de transit (Grande Bretagne et Malaisie dans les deux exemples cités).
    Car si vous transitez par un pays où l'airsoft est illégal (exemple : la Malaisie), il y a de fortes chances pour que votre réplique soit confisquée, et ce même si l'airsoft est autorisé dans le pays de départ (la France) et le pays de destination (le Japon ou Hong Kong).

    En pratique, ni la compagnie aérienne, ni la douane, ni la société de sûreté d'un pays donné ne sont en mesure de connaître la réglementation du pays de destination ou de transit en ce qui concerne l'importation et/ou l'introduction de jouets ayant l'apparence d'une arme à feu.
    Imaginez-vous à Hong Kong en train de demander à Cathay Pacific quelle est la réglementation douanière au Liechtenstein. Ils n'en savent rien et d'ailleurs, ce n'est pas leur boulot. Je ne suis même pas sûr qu'Air France à Hong Kong connaisse la législation douanière française ! (ils contacteront Paris au téléphone pour se renseigner).


    5/ Où se renseigner pour la réglementation du pays de transit et de destination ?

    Pas facile, depuis la France. La première source, c'est internet.
    Exemple avec les Etats-Unis : l'information est disponible sur le site de la Transportation Security Association sur la page des articles prohibés sur le territoire américain, sur le paragraphe "guns and firearms". Les répliques d'airsoft peuvent être considérées comme "Compressed Air Guns", "Pellet Guns" et "Realistic Replicas of Firearms". C'est interdit en cabine ("carry-on") mais c'est autorisé en soute ("checked bagage").
    Mais même là, la TSA vous conseille de vérifier avec votre compagnie aérienne si le transport des armes à feu (RS) est autorisé ou pas.

    Si Google ne vous donne pas beaucoup de réponses pertinentes ou que vous n'êtes vraiment pas doué pour chercher, il ne vous reste plus qu'à appeler l'ambassade ou le consulat du pays de destination et/ou de transit et leur poser la question.
    Là encore, même topo que pour la compagnie aérienne : parlez-leur en utilisant des mots très simples !!!

    Notez enfin que la sûreté à bord des avions n'est pas assurée de la même façon suivant les pays. Les contrôles peuvent être plus laxistes ou plus sévères. Ce que je dis dans cette FAQ n'est principalement valable que pour l'aéroport Paris - Roissy Charles de Gaulle.
    Les conditions et la législation différeront dans les autres pays.


    6/ Dans le cas d'un vol de l'étranger vers la France.

    Votre valise ou la mallette contenant votre AEG a été acceptée en soute, vous embarquez à bord de l'avion et au bout d'un certain nombre d'heures, vous atterrissez sur le sol français à Roissy Charles de Gaulle, Orly, Nice, Marseille, Lyon ou tout autre aéroport à statut international sur le sol français. Vous n'êtes pas sorti de l'auberge car il vous reste l'épreuve finale : la Douane Française !
    Attention, le problème rencontré ici (à l'arrivée) n'est plus du tout le même que celui rencontré au départ. Il n'est plus question ici de sûreté de l'avion mais de réglementation des importations.

    Si on vous arrête, ce n'est pas pour avoir transporté un AEG, mais pour savoir si vous avez le droit d'importer en France ce genre d'article, et si vous devez ou non vous acquitter de droits de douane (la réponse est invariablement oui).
    Comme précisé sur le site de la Douane Française, si la valeur totale de toutes les marchandises contenues dans votre bagage ne dépasse pas 430€, vous n'avez rien à déclarer. Au-dessus, vous devrez payer la TVA.

    Là, il vous est recommandé de ne pas chercher à gruger la douane : si un douanier vous demande si vous avez quelque chose à déclarer, ne tentez pas de gruger, sinon vous allez passez un sale quart d'heure au poste.
    Dans tous les cas, il est fortement recommandé de se plier strictement à la législation française.

    Si votre destination est un autre pays, il est hautement recommandé de se renseigner auprès de l'ambassade dudit pays en France, concernant la réglementation douanière sur les jouets ayant l'apparence d'une arme à feu".



    D/ note sur le transport du gaz et des batteries en avion :[list=1]
    excl.gif ATTENTION !!! le gaz utilisé dans les GBB/GBBR, mais aussi les batteries (surtout les li-po) sont considérées comme des marchandises dangereuses, et donc soumises à des conditions de transport très strictes !
    • excl.gif Le gaz car la bouteille risque de péter en vol à cause du changement de pression.
    • excl.gif Les batteries à cause de l'acide corrosif qu'elles contiennent, ou pour les Li-Po, car elles peuvent prendre feu en cas de choc et causer un incendie à bord
    .
    Voici quelques exemples de listes de produits interdits en soute par les compagnies : Je peux continuer longtemps comme ça, mais vous mourrez de vieillesse avant. rolleyes.gif
    Je vous recommande tout particulièrement de lire le fichier PDF fourni par Emirates qui est le plus détaillé du lot et est le reflet exact de la réglementation IATA à ce sujet.
    La page de Singapore Airlines est également très exhaustive. Mais gardez à l'esprit que ces règles ne sont pas forcément valables sur toutes les compagnies.
    thumbsuppop.gif

    Le gaz :
    Si on regarde le fichier PDF d'Emirates, le gaz utilisé en airsoft est référencé sous le passage suivant :
    "Aerosol in division 2.2 with no subsidiary risk, for sporting use [...]".
    Selon ce paragraphe, le transport est autorisé en soute à condition que :
    la quantité nette totale ne dépasse pas 2 kg (ou 4.4 lbs) ou 2 L (2 qt), et que chaque contenant individuel ne dépasse pas 0,5kg ou 0,5L.

    Les grosses bouteille de gaz Cybergun Hiver faisant 1000ml, c'est donc mort. Il faudra donc taper dans un autre format de bouteille plus petit.
    Mais bon... vu les faibles quantités autorisées et la grosse consommation qu'on en fait en partie, autant laisser tomber le transport et acheter du gaz sur place. dry.gif

    Les batteries :
    En ce concerne le transport de batteries et piles au lithium dans un avion en tant que passager, IATA a publié un petit feuillet qui résume tout ce que vous avez besoin de savoir.

    Pour résumer, le fait que vous puissiez les trimballer à bord ou pas dépend de la consommation d'énergie de la batterie, exprimée en Watt-heure, ainsi que la configuration de la batterie.

    Pour résumer :
  1. En dessous de 100Wh:
    • Dans son équipement (insérée dans le téléphone portable, l'ordinateur portable, etc.) :
      • OUI pour le transport en cabine.
      • OUI pour le transport dans son bagage de soute.
    • En tant que batterie de rechange :
      • OUI pour le transport en cabine (sans aucune limite, semble-t-il...)
      • NON pour le transport en soute.
      • Vous n'avez pas besoin de demander d'autorisation auprès de la compagnie aérienne.
    Pour info, la batterie Li-Ion de mon smartphone Samsung Galaxy SII fait 6.6Wh, et celle de ma PSP fait 4.4Wh. On est donc assez loin du compte...
    Je ne pense pas trop me tromper en vous disant que le transport de deux ou trois batteries Li-Po ne pose aucun problème. Dix ou vingt, par contre, ça peut poser problème.
  2. De 100 à 160Wh :
    • Dans son équipement (insérée dans le téléphone portable, l'ordinateur portable, etc.) :
      • OUI pour le transport en cabine.
      • OUI pour le transport dans son bagage de soute.
    • En tant que batterie de rechange :
      • OUI pour le transport en cabine (2 maximum)
      • NON pour le transport en soute.
      • Vous avez besoin de demander d'autorisation auprès de la compagnie aérienne.
  3. Au delà de 160Wh :
  • NON dans tous les cas, pour le transport en cabine et en bagage de soute.
  • Les batteries au lithium de ce type ne peuvent voyager uniquement qu'en tant que fret, et en accord avec la réglementation sur le transport des marchandises dangereuses.
Si vous souhaitez connaître l'intégralité de cette réglementation, vous pouvez lire cet extrait du Manuel IATA de Procédure de Transport de Marchandises Dangereuses, et qui concerne spécifiquement les batteries au luthium.
Vous trouverez en outre la réglementation concernant les emballages spécifiques aux batteries au lithium chargés en tant que fret, sur les avions-passagers (en soute, sous vos pieds) ou les avions-cargo.

Je ne vous bassinerai pas à vous faire un résumé des deux, car ça ne concerne que l'envoi de gros colis contenant un très grand nombre de batteries au lithium. A moins que vous soyez importateur/exportateur de batteries ou d'équipement électronique contenant des piles au lithium, ça ne sert à rien que je vous le détaille.

Si vous ne comprenez que dalle à ce qui est écrit, pas de panique ! Vous êtes parfaitement normal. C'est juste que les termes techniques employés sont totalement impénétrables pour le grand public. wink.gif

En ce qui concerne les batteries NiMh ou NiCd, c'est beaucoup moins compliqué, ces batteries présentant moins de dangers. Il y aura néanmoins quelques précautions de base : la batterie devra être protégée, soit dans l'AEG (mais débranchée), ou dans votre bagage de cabine ou de soute à l'abri de tout choc susceptible de l'endommager.


E/ Pour résumer :
  1. oui, on peut transporter sa réplique dans son bagage de soute. L'emport en cabine est strictement interdit.
  2. il est préférable de prévenir la compagnie aérienne et vous renseigner sur les modalités de transport (dans son bagage de soute, toujours) AVANT de vous présenter à l'aéroport.
  3. utilisez des mots très simples quand vous devrez expliquer à votre interlocuteur ce que c'est. Comme si vous expliquiez à vos parents, ou à des gosses. Inutile de parler de "réplique d'airsoft" ou d'utiliser des mots techniques : on ne vous comprendra pas ! "Jouet ayant l'apparence d'une arme à feu qui tire des billes" conviendra suffisamment.
  4. oui les répliques longues devront voyager dans la valise. Si elle ne rentre pas dedans, soit vous la démontez pour qu'elle puisse rentrer dedans, soit vous la mettzez dans une mallettes/valise/caisse "en dur" (pas de housse souple) qui ferment à clév. Pour les répliques de poing, la valise suffit amplement.
  5. avoir sur vous les justificatifs qui serviront à identifier la réplique, sa nature, sa désignation, sa fonction, etc, etc, si une quelconque autorité ou assimilé vous demande de les produire (douanes, police, sûreté, FBI, Chinois de la CIA, GRU, Mossad, etc.)
  6. dans tous les cas, s'assurer AVANT DE PARTIR qu'on respecte bien la réglementation IATA, mais aussi la réglementation du pays de départ, du pays de transit (si applicable) et du pays de destination en ce qui concerne l'exportation/l'importation de répliques d'airsoft.
  7. une fois arrivé à destination, se plier à la législation douanière en vigueur dans ce pays.


Résumé concret (par exemple, en partant de Hong Kong) :
  • avant de partir de France, vous contactez la compagnie afin de vous renseigner et de les informer que vous risquez de revenir avec un jouet, une réplique d'arme à feu qui tire des billes (et c'est là que le distingo « arme/réplique » prend toute son importance).
  • au moment d'enregistrer vos bagages à l'aéroport de Hong Kong, vous prévenez l'agent de la compagnie aérienne qu'il y a un jouet/réplique d'une arme dans votre valise. Dans le pire des cas, soit on vous demande d'ouvrir la valise un peu à l'écart (histoire de ne pas faire peur aux autres passagers), pour vérifier la nature de "l'arme" en présence d'un agent de sûreté, soit l'inspection se fait ultérieurement (genre en porte d'embarquement).
  • si vous oubliez, ce n'est pas grave : on vous appellera en porte d'embarquement pour que vous ouvriez votre valise en présence d'un agent de sûreté qui constatera que c'est bien une réplique.
    Comme les Hongkongais sont des gens plutôt bien organisés, ils procéderont à un appel nominatif bien avant le début de l'embarquement, d'où l'importance de s'y présenter assez tôt. Évidemment, si vous vous pointez en porte à la bourre, l'inspection retardera votre embarquement, et potentiellement le départ du vol d'autant. Au pire, on risque de vous débarquez du vol, si on considère que l'inspection retardera trop l'avion.
  • lors de ladite inspection, il est conseillé d'apporter toutes les preuves possibles et imaginables pour indiquer qu'il s'agit bien d'une réplique.

Bon, ça, c'est ce qui vous arrivera probablement à Hong Kong. Dans les autres pays, ce ne sera probablement pas la même chose.
Suivant votre destination / pays de départ, il peut arriver que vous tombiez sur des fonctionnaires ou employés un peu plus laxistes, auquel cas, vous ne subirez peut-être pas tout j'ai décrit ci-dessus... ou beaucoup plus sévères, auquel cas vous subirez mille supplices exquis comme la fouille rectale par une pelleteuse de chantier ou l'énucléation des yeux avec une cuillère à soupe chinoise.
Mais rassurez-vous (ou pas...) : c'est exactement la même chose en France ! rolleyes.gif


Voilà ! J'espère avoir répondu à la plupart des questions que vous vous posiez sur le transport des répliques en avion.


EDIT du 20/03/12 pour corrections et modifications.
EDIT du 15/08/13 pour corrections et modifications.
sharco 21
Je crois que tu vas bientôt être promu au rang de über-Maître Tailleur de Pavés.

Nice Job wink.gif
ROB
+1 Merci et bravo biggrin.gif
shiv
Merci beaucoup pour le post !
Mais donc en arrivant en France a CDG, faut juste prier pour passer sans se faire "choper" par la douane c'est ca ?
Sinon ils vont me taxer la replique ?
Multra
CITATION(shiv @ 08/08/2013, 18:46) *
Merci beaucoup pour le post !
Mais donc en arrivant en France a CDG, faut juste prier pour passer sans se faire "choper" par la douane c'est ca ?
Sinon ils vont me taxer la replique ?


si tu as acheté à l'étranger et que tu es revenu en France avec il y a des chances

par contre si tu es parti de France avec ta réplique (facture et tout) et que tu reviens ca m'étonnerai

réponse a confirmer, je ne fais parler que mon bon sens ...
MSZ-006C1
CITATION(shiv @ 08/08/2013, 18:46) *
Mais donc en arrivant en France a CDG, faut juste prier pour passer sans se faire "choper" par la douane c'est ca ?
Sinon ils vont me taxer la réplique ?
Si tu as acheté ta réplique hors de l'Union Européenne, oui : tu as intérêt à prier très fort.
Ce qui t'arrivera s'ils te pincent dépendra de ce que tu vas dire.
Si à la question "avez-vous quelque chose à déclarer ?", tu as répondu "oui", tu vas simplement payer la TVA.
Si en revanche, tu as menti en répondant "non" (ce qui s'appelle de la "fausse déclaration" et c'est un délit) et qu'ils découvrent ta réplique (et sans doute bien plus, parce qu'une fois qu'ils auront découvert que tu leur as menti éhontément, ils font se faire un plaisir de fouiller tous tes bagages dans les moindres détails et trouver le moindre petit détail), tu vas écoper d'une amende salée en plus de la TVA.
Bref, il ne faut pas tenter de jouer au plus malin avec la Douane Française.
Moderateur-55
Dans la mesure où régler la douane est normale et obligatoire, merci d'éviter ce genre de discours shiv.

Moderateur-55
Ceci une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'information, la mise en page et les images, veuillez cliquez ici.